Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 05:45

La scène se passe à l’Opéra Garnier. C’est d’abord un piano noir, sobre. Le spectateur s’attend à retrouver cette voix si particulière, ces mélodies, ces mots qui ont toujours créé un univers et qui refont descendre le grand fleuve...C’était il y a combien d’années ? Dix ans ? Vingt ans ? Trente ? « Jivaro song » : 1968 !

             Mais dans le spectacle « Symphonique », il y a décidément quelque chose de nouveau, quelque chose qui prend soudain aux cheveux. Dans un décor propice à la grande tragédie, ou à la grande comédie, c’est le « Songe d’une nuit d’été » qui s’empare du spectateur et qui le fait basculer.

             Après les premières chansons, Julien Clerc quitte le piano et cite une analyse de Charlie Chaplin dans laquelle il parle des artistes... Les écrivains sont muets car ils gardent leurs effets pour les pages de leurs romans, les savants ne peuvent rien dire non plus car ils pétrifient ceux qui les entourent, les peintres jouent parfois les philosophes et par conséquent se trompent de sujet... et en définitive, ce sont les musiciens qui prennent le pouvoir sur le public. « Il n’y a rien de plus facile et de plus émouvant que le spectacle d’un orchestre... »

             Et quand ce spectacle passe la réorchestration des mélodies de Julien Clerc, il se produit en effet un effet de transport, ce transport dont parle Charles Baudelaire » à propos du vertige de la musique...

 

La musique souvent me prend comme une mer !
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile
J'escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile (...)

 

100-9299.JPG

 

Repost 0
Eric Bertrand - dans Art
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 05:45

 

HPIM1815.JPG

 

 

 

En France et même à l’étranger, on ne peut formuler ces deux syllabes sans esquisser un sourire un peu libertin... Mais qui sait qu’à l’origine, Pigalle était un honnête artiste qui vivait au XVIII° siècle, sculptait des bustes et fréquentait Voltaire.

Certes, il habitait la fameuse rue et occupait le plus clair de son temps en tout bien tout honneur, à mouler des  « bustes », des « reins », des « fesses » et des « cuisses », bref toute une humanité saisie dans le plus simple appareil... Est-ce une raison pour associer définitivement le quartier Pigalle à la débauche et aux affaires de sexe ?

Je propose de ressusciter le souvenir de Pigalle et de le laisser revenir dans sa rue afin de remettre de la Beauté sous le bas-résille et le porte-jarretelle.

12m.jpg

Repost 0
Eric Bertrand - dans Art
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 06:00

Highland2 (153) [1600x1200]

 

 

Sur la romantique côte armoricaine, dans le « Pêcheur d’Islande » de Pierre Loti, la belle Gaud vient à peine d’épouser Yann qu’elle aime depuis plus de trois ans... Mais, du côté de l’Arcouest, tout en haut de la falaise de granit rose, entre Plouha et Bréhat, pas le temps de chanter « Paimpol et sa falaise »... La mer est une maitresse impitoyable qui ne supporte aucune rivale et le bateau de Yann doit repartir au large.

A la Croix des Veuves, on voit souvent, glissant sur le sentier côtier, des femmes vêtues de noir, portant triskels ou pendentifs sacrés. Elles viennent prier pour le repos des âmes perdues en mer. « O, combien de marins, combien de capitaines, qui sont partis joyeux pour des courses lointaines, dans ce morne horizon se sont évanouis ? »  A moins que ce morne horizon ne leur ait offert une grâce suprême...

Du haut de sa chapelle, à Saint-Cast le Guildo, Sainte Brigitte a, d’après la légende, un jour de tempête, sauvé du naufrage une princesse et ses douze enfants. A la place du bateau, les marins ont vu revenir vers le rivage le curieux équipage d’une cane et de ses douze canetons (vêtus d’un étroit ciré jaune ?) Les Bretons sont pieux et reconnaissants envers ceux qui les protègent. Ils accrochent des ex-voto dans les églises, se lancent dans de longs pèlerinages, chantent dans les pardons et s’adressent à leurs saints... Saint Renan, Saint Corentin, Saint Caradec...(A suivre)

Repost 0
Eric Bertrand - dans Art
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 06:00

hpim1110.jpg

 

Au milieu de la fête, des coups de cymbale et des flonflons, isolé de l’autre côté de la rigole et ne rigole pas, tel le vieux saltimbanque de Baudelaire, le vieil écrivain est tassé sur sa chaise. Le visage porte une blessure. Son beau regard est un peu humide, les mains tremblent, le stylo est tombé. La foule des badauds passe : même passivité, flux continu, docile, insatisfait.

                Les livres sont là, au stand, sur un coin de gondole, figés dans le marbre des mots. Il les a pourtant fait danser, tournoyer, sauter sur ses genoux. Ils sont devenus grands, sérieux, puis un jour, rigides, de plus en plus rigides, ils ont fini par tomber, raides.

                Désormais, ils gisent sous la dalle et le vieux saltimbanque les veille encore. Il rumine, palpite sur son siège, se dit que ses livres sont toujours beaux, jamais évanescents. Au contraire, l’encre sur la page blanche réalise le paradoxe de leur « spiritualité ».

 

Repost 0
Eric Bertrand - dans Art
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 05:00

 

 

Quand on voit la pièce « Art » de Yasmina Résa, on ne peut pas ne pas penser par exemple au fameux « Carré noir sur fond blanc » de Malévitch. Le tableau ne vaut rien, non, ce qui vaut peut-être quelque chose c’est l’idée de tourner en dérision les recherches sur la perspective. C’est cette intention de l’artiste d’aller renverser un système de représentation qui fait autorité. En cela, le support n’est que la base d’un concept. Il est néanmoins une réalisation de l’art dans le sens où l’entend Descartes : la perfection artistique dépasse la perfection du gâteau de cire produit avec tant de finesse par les abeilles parce qu’il est le produit d’une action pensée et méditée.

                Même si je sais cela, je ne puis me résigner à trouver « belle » toute expérimentation du type Malévitch ou Duchamp. Alors, d’où la beauté provient-elle ? Qu’est-ce qui fait que nous trouvions un objet d’art vraiment « beau » et comment se fait-il que Serge proclame que « son Utrios » est « admirable » alors que Marc affirme radicalement qu’il s’agit « d’une merde » ?

                Nous sommes (disent les philosophes) tous dotés de ce même clavier d’organes particulièrement sensibles et devrions par conséquent tous pouvoir réagir de la même façon à un objet d’art... Nous sommes tous dotés de cette même raison capable d’exercer son sens critique et ainsi d’admettre avec Hegel qu’il existe des harmonies dans le monde et que l’esprit qui est dans le monde est capable de les retrouver (comme un mathématicien est capable de percevoir les lignes harmoniques ou une abeille construire son gâteau de cire). Nous sommes tous conscients avec le romantique Kant que le Beau est dans la nature et qu’il nous est possible, à travers cette aspiration au sublime, de nous fondre dans ce beau...

                Et pourtant, lorsque Marc et Serge se querellent au sujet d’un tableau blanc, nous rions car nous nous y reconnaissons. Le snobisme serait-il plus fort que le sens esthétique ?

 

Repost 0
Eric Bertrand - dans Art
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 05:00

 

 

                 Je ne suis pas amateur d’art contemporain et encore cette expression a-t-elle dans ma bouche des airs de litote ! Je ne supporte pas des peintres comme Soulage et ne peux considérer sans suspicion ce que certains artistes d’aujourd’hui appellent « leur travail »...

                De ce fait, je ne pouvais qu’applaudir la pièce de Yasmina Réza intitulée « Art ». Serge (béatement interprété par Fabrice Lucchini), vient d’acheter un tableau d’un artiste à la mode, un certain Utrios : la particularité de ce tableau est qu’il est entièrement blanc et se vend très cher. L’ami de Serge, Marc, (intraitable Pierre Vaneck) le lui fait remarquer sans hésitation : « Tu as acheté cette merde 200000 Francs ! ».

                Invité chez Serge, un second ami plus diplomate, Ivan, (Pierre Arditi) essaie de réconcilier le duo en essayant de comprendre la « démarche de l’artiste ». La discussion s’enflamme, et la question de la valeur de l’amitié passe alors au centre des préoccupations jusqu’au moment de crise où les trois amis excités les uns contre les autres manquent de se déchirer à cause du tableau et de cette évolution que leur fait subir la vie : ainsi, le spectateur comprend bien que Serge, s’il défend à ce point son choix, le fait aussi dans le but de se libérer de l’autorité de celui qui est encore son « mentor ». Et ce mentor n’admet voir son disciple prétendre s’émanciper.

Repost 0
Eric Bertrand - dans Art
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 05:05

 

 

L’idée de la municipalité depuis deux ans est de faciliter le contact entre le public amateur d’art et les artistes du village. « Le chemin des Peintres » a eu lieu ce week-end comme l’année dernière et a généré de belles rencontres et d’esthétiques découvertes sur un parcours émaillé de plus de 20 propositions d’adresses et d’œuvres.

                Profitant du soleil et de la chaleur, Jenny a pu sortir son atelier et donner à ses œuvres diverses (et finalement très nombreuses) un éclairage particulier sous l’azur du ciel ! Ainsi la maison s’est-elle par la même occasion vidée de plus d’une centaine d’oeuvres diverses, tableaux, sculptures, peintures sur verre... Autant de pièces heureusement recensées sur son site internet (voir article récent à ce sujet).

                L’occasion était également offerte de présenter mes livres rochelais à des visiteurs férus à la fois de lieux et d’histoires. Et puis aussi et surtout, l’occasion de nouer avec des voisins proches d’autres types de relations...

 

 

 

 

 

Repost 0
Eric Bertrand - dans Art
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 06:00

Atelier-du-10-oct--5----.jpg

 

            Avant de rentrer dans le vif du sujet de nouveaux articles (inédits !) voici une invitation pour le site de Da Carolina que Jenny a bien fait évoluer pendant ces vacances.

             Nouvelles images et intéractions diverses, animations réussies et policées, bref, bonne visite sur ce site qui augure bien d’une année sans doute riche en potentiel. Mais son blog en dira sans doute davantage !

Repost 0
Eric Bertrand - dans Art
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 04:55

Highlands1 (109) [1600x1200]

             Amateurs et amatrices d’art, je vous convie à cette agréable promenade dans “les galeries” de Carolina, cette artiste née dans “le Ponton” mais dont l’âme, chevillée au travail de la terre, du vitrail ou de la peinture, s’est libèrée des planches et du papier.

             La galerie n’attend que l’occasion de s’étendre ! Et les amateurs étaient en effet nombreux à se presser dans la petite maison.

             Voici en tout cas le lieu pour flâner !

             http://galateia.over-blog.com/

 

Repost 0
Eric Bertrand - dans Art
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 05:54

chemin-des-peintres--1600x1200-.JPG

 

               Petite parenthèse par rapport à ce qui était promis hier dans ce blog pour être en adéquation avec un événement culturel qui touche notre commune de Nieul sur mer, événement auquel Jenny a choisi de s’associer ce dimanche (le samedi étant consacré à la préparation du site –fléchage, arrangements divers...-, même si de nombreux artistes ont déjà « commencé » !)

                Le principe de cette manisfestation originale est d’offrir à l’amateur un « parcours artistique » à travers les rues de Nieul et de lui proposer un accès dans les différentes maisons d’artistes. Ces derniers ouvrent en effet leurs portes et leur atelier afin de pouvoir échanger autour de leurs créations.

                De son côté, Jenny, dont je rappelle l’adresse du site ci-dessous, ouvre la maison côté véranda et côté salon afin que les visiteurs puissent apprécier davantage son double travail de scupture et de peinture. Les deux chats n’ont qu’à bien se tenir !

http://galateia.over-blog.com/

 

chemin-des-peintres--2---1600x1200-.JPG

 

 

 

Repost 0
Eric Bertrand - dans Art
commenter cet article