Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 06:11

         Pour ceux qui suivent ce blog, je consacre cet article à l’un de ses grands chapitres : le Goncourt des lycéens. Un courriel m’est parvenu au sujet de l’opération à laquelle j’avais activement participé il y a maintenant deux ans.

         J’avais évoqué dans un article le DVD que le réalisateur du film avait eu la gentillesse de m’adresser en avant-première. Le film était en effet passé sur FR3 Bretagne mais je n’avais pu la voir.

        Tous ceux qui souhaitent la retrouver ou la découvrir peuvent obtenir des renseignements via le lien suivant : Je suis heureux de vous annoncer que le film "LE GONCOURT DES LYCEENS" est désormais disponible pour tous les professeurs de collège et de lycée dans le catalogue de l'ADAV. www.adav-assoc.com Il est aussi disponible à l'achat sur la boutique en ligne de la production : www.aloest.com/boutique


 Jack, on the route again ! (1) : on the road...

 

 

 

 

Repost 0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 09:57
             Une dernière parenthèse pour rendre un hommage particulier…             
 
Je viens de recevoir le fameux film tant attendu réalisé par Xavier. C’est un bon moment de retrouvailles avec tous ceux qui ont participé à l’opération. Le réalisateur a su capter le climat d’excitation qui régnait tout au long de cette aventure. Le film commence par le beau témoignage d’Edmonde Charles Roux qui s’exprime devant une classe et qui insiste sur la valeur de ce Goncourt qui met à l’épreuve le véritable « esprit de lecture ». Il s’achève par l’enquête d’une écrivaine japonaise qui interroge les élèves sur « le Goncourt des lycéens ».
              Elle les envie. Et on les envie d’avoir pu ainsi, à tous les endroits, lire et échanger avec passion. Filmés au restaurant, sur la terrasse ensoleillée d’un établissement, sur un rebord de fenêtre ou encore dans la chambre de l’une des déléguées, les lycéens s’expriment sans masque à propos des romans. Des extraits sont lus, mis en bouche, savourés, une étudiante médusée devant « l’amant en culottes courtes » s’extasie : « c’est beau ! »
              Le temps file, quelques images encore avant le générique, l’idée qu’a eue une enseignante d’adapter le texte de Pérec « je me souviens » … Et nous nous prenons tous à nous souvenir, nous souvenir de l’émotion qui a retenu les mots et les images, les violences et les non-dits, les rush et les pages trop vite ou trop mal lues. « Je me souviens… »… Mais à vous de continuer !
Repost 0
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 06:13
              Le collège a le don de multiplier les sigles (ce qui contribue à m’agacer et à augmenter l’impression « d’étrangeté » à laquelle j’ai eu l’impression d’être confronté depuis la rentrée. Parmi ces sigles sybillins que les collègues font voltiger avec une confortable aisance, il y a cette fameuse notion de B2i… J’ai quand même pu m’en faire une petite idée que je formule maintenant pour les nombreux non initiés !
              Au détour de l’une de ces réunions échevelées où l’on évoque les difficultés rencontrées par « l’équipe pédagogique », le principal a rappelé qu’il fallait « saisir nos items »… Renseignements pris sur le tas, entre le café de 10h00 et les élèves à aller récupérer dans « les cases » des classes : voici un éventail de ces fameux « items » : « s’approprier un environnement informatique, accéder aux logiciels et aux documents disponibles à partir de mon espace de travail, organiser mes espaces de stockage, paramétrer l’impression… » Charmant ! Il fallait que je prenne d’autres renseignements, internet, c’est bien aussi pour cela ! 
              Le B2i, en deux mots, c’est l’examen qui valide la pratique de l’informatique au collège. Il s’acquiert au terme d’un contrôle continu. Les compétences sont validées sur toute l'année, pendant quatre ans et c'est à la fin de la scolarité au collège qu'on fait le bilan, et qu'on voit si tel élève a acquis toutes les compétences. C’est bien en théorie, mais encore faut-il que la logistique suive et que les tripatouillages des hordes de gamins dans les salles informatiques leur soient bénéfiques…
              A partir de demain, j’indique de quelle façon je vais rendre cette corvée plus enthousiasmante…
Repost 0
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 06:16
Suite et fin du commentaire de la collègue qui se demande comment corriger la littérature de nos élèves. Je vous le livre à votre perspicacité !
 
« Je ne sais pas du tout si toutes ces explications seront utiles ni même si elles sont très claires. Ce que je peux dire, c’est que les copies m’ont pris peu de temps à corriger une fois le tableau de coefficients établis. J’ai même pu renoncer à la correction en deux couleurs que j’utilisais jusqu’alors et qui me demandait à chaque fois double lecture (beurk !). Autre avantage, cela m’épargne la torture de choisir « LA » note à attribuer. En effet, autant il m’est « facile » d’évaluer, autant j’ai du mal à quantifier en nombre de points mon évaluation. L’usage des barèmes ne me permettait pas de résoudre cette difficulté et je me suis surprise plusieurs fois à « truquer » mes barèmes pour faire correspondre la note à l’idée que j’avais de la copie. Et puis les barèmes sont toujours faits à la louche (au-delà de 5 ou 6 critères, ils deviennent une torture pour le correcteur) j’ai donc l’impression que ce système est à la fois plus fiable, plus précis et qu’il me libère du moment de culpabilité où j’appose le chiffre fatal de la note ».
Repost 0
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 06:30
Deuxième étape sur trois de la proposition de correction d’une valeureuse collègue :
 
« 1re étape de la correction :
-          Je corrige classiquement en plaçant des codes dans la marge : G (faute de grammaire) V (faute de lexique A (accent) M (majuscule) T (trait d’union) etc.
-          Si mon devoir porte sur un ou deux points précis, je garde un codage spécifique pour ces points afin de repérer rapidement l’acquisition d’une notion. Par exemple, j’avais décidé de faire travailler sur les connecteurs spatio-temporels j’ai donc marqué dans la marge CT à chaque fois qu’il y avait un problème de ce côté.
 
2e étape de la correction : je compte
-          D’un côté, je compte tout ce qui met à mal la cohérence du récit (erreur de temps, de ponctuation + erreurs sur les connecteurs). Je leur attribue des points selon leur gravité, en fonction de mes objectifs de leçon. Par ex. pour ce devoir, un élève qui avait fait 4 erreurs de temps (-4), deux erreurs de ponctuation (-2) et une erreur sur les connecteurs (-2) s’est retrouvé avec « -8 ».
-          Puis, je compte le nombre de fautes lexicales ou grammaticales et je note un nombre de points en moins qui peut varier selon que c’est un devoir en classe, à la maison ou pour toute autre raison. Je peux enlever davantage de points en fonction de ce qui a déjà été vu en classe (par exemple -2 sur « et/est »). Admettons qu’une copie ait eu -10 sur cette partie. Ainsi, l’élève se trouve avec « - 18 ».
-          Je compte alors le nombre de lignes dans le devoir et je divise le nombre d’erreurs par le nombre de lignes ce qui me donne un coefficient. Supposons que mon élève ait écrit 20 lignes, il aura donc un coefficient de 0.9 (en divisant les 18 points par les 20 linges) soit une note de 15.5/20 d’après mon tableau. »
Repost 0
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 06:03
Comme on l’a analysé à mots couverts, la voie du collège est pavée de « bonnes intentions » et le malheureux Don Quichotte se raidit comme il peut sur sa monture. Témoin cette proposition de correction de copie d’élève qui signifie aussi tout le désarroi qui peut saisir le poignet du spadassin…
« Comme beaucoup parmi vous, j’ai récolté les premiers paquets de rédactions et, malgré les années, je cherche toujours une façon plus équitable d’évaluer cet exercice qui implique tant de compétences et connaissances diverses.
Récemment, je me suis interrogée sur un des problèmes d’évaluation : le fait qu’une copie plus longue augmente le risque d’avoir plus de fautes ce qui conduit certains élèves à une « prudence » excessive et leur fait écrire le minimum. Dans une certaine mesure, je suis d’accord avec eux, il n’est pas utile d’écrire des pages d’âneries et mieux vaut parfois bien se relire. Cependant, j’ai toujours la désagréable impression de ne pas avoir d’outil adéquat pour évaluer équitablement ceux qui écrivent un peu plus parce que cela leur plaît de développer leurs textes.
J’ai donc récemment imaginé un système et confectionné un barème que je viens de tester sur deux paquets de copies. A mon sens, cela fonctionne plutôt bien, c’est pourquoi j’ai eu envie de vous le faire partager (…) »
Repost 0
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 06:19
              Je reprends le petit « reportage » sur la littérature au collège… J’évoquais les divers parasites à l’envol… Sans compter les couinements divers qui parasitent un cours, les feulements, glapissements, grognements divers. Baudelaire passe mal quand Elodie a envie de faire pipi ou quand Thibaud fait tomber sa règle en fer. Un doigt s’est levé, peut-être une question pour relancer le vol de l’albatros ? Non ! Pierre a les mains tâchées d’encre et demande d’aller se nettoyer. Il s’en est fichu jusque dans la bouche et le reste de l’équipage manifeste son écoeurement en le traitant de Shtroumf.
              « Va vite t’essuyer ! »… Et le navire avance sur le gouffre amer au milieu des piailleries de nos mouettes qui se querellent. Marie reproche à Sérima de mâcher du chewing-gum, Sélima réplique aussi sec et tend un doigt vengeur vers un morceau de papier : « Monsieur, je l’ai vu lancer le papier ! ».
              Les meilleurs élèves ont des haussements d’épaules, ils ferment les yeux et fixent un œil hagard vers l’Azur et les nuages, « les merveilleux nuages », pas ceux de la fenêtre qu’est en train de fixer Maxime, solidement amarré à sa chaise, près du radiateur !

F1000001.JPG
Repost 0
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 05:39
                     Seconde parenthèse dans cette série à propos de la littérature au collège. Je viens de recevoir un mail du réalisateur du film dont il a été question récemment. Il a tourné beaucoup de rush et a dû « monter » ensuite. D’où une relative déception de certains peut-être… Mais cela ne m’étonne pas du fait des raisons qui sont d’ailleurs invoquées !
 
« (…) Effectivement, le film que j’ai tourné l’année dernière va être diffusé sur France3 Ouest samedi prochain (10 novembre) à 16H15. La chaîne est diffusée en Bretagne et dans les pays de Loire, donc je ne pense pas à La Rochelle. (…) Je dois vous dire que je n’ai pas retenu la séquence que nous avions tournée dans votre Lycée car les élèves étaient très silencieux et du coup je n’ai pas réussi à en tirer quelque chose de véritablement intéressant (…)
 
Une projection du film aura lieu aussi demain (mercredi) à 16H30 aux « Champs libre » à Rennes. L’entrée est libre si vous connaissez des personnes que cela pourrait intéresser (…) »

 
A noter pour ceux qui ont visité le blog d'Erica : 
Rediffusion le jeudi 8 novembre 2007 de 13 h à 14 h sur Radio Enghien 98 FM ou sur http://idfm98.free.fr
de l'émission de Jeannine Dion-Guérin "En vers et avec tous" : invitée Nathalie-Erica Cousin ; avec entre autres une présentation du projet de L'Almanach d'Eric.
Repost 0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 07:38
              Je ne sacrifierai jamais la Littérature à l’Utilitaire, mais le fait est que plus on descend dans les niveaux (3°, 4°, 5°, 6° et fort heureusement pour moi, cela n’ira jamais au-delà !) et plus on est confronté à des difficultés qui impliquent des stratégies bien éloignées du littéraire.
              Stratégies « d’éveil à la citoyenneté », vague notion qui recouvre tant de réalités sensibles, éveil à l’alphabétisation et à l’articulation de la pensée, responsabilisation et échelle de sanctions progressive, programmes de soutien en direction des élèves les plus en difficulté, élaboration de méthodes de travail, d’évaluations adaptées aux différents niveaux et fixation de barèmes adéquats, prise en charge de la folie informatique qui s’est emparée du (mammouth?) Raminagrobis ! et qui prétend mettre entre les pattes des souriceaux dont nous autres cochets avons la charge les salvatrices souris…
              Autant d’éléments périphériques qui mettent la Littérature en difficulté…

souriceau.gif
Repost 0
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 07:37
              Je fais une première parenthèse dans ma série « littérature à l’école » pour donner une information importante à ceux qui suivent ce blog avec attention : on se souvient que j’avais évoqué (en son temps) l’équipe de tournage venue au lycée pour « filmer » la classe Goncourt « dans tous ses états ». On attendait le film : le voilà ! Témoin le courrier reçu hier via une collègue du « cyber café littéraire »…
« (….) Nous avons reçu à Marseille Xavier De Lauzanne qui a tourné sur le PLG l’année dernière. Son film est très beau, plein de fraîcheur et d’enthousiasme.
Deux possibilités pour le voir :
 
-          Une autre projection le 7 novembre à Rennes organisée par France3 Ouest, ouverte au public, dans la salle des « Champs libres ». Aloest Production vous y invite, appelez-les pour demander des places : 01 41 31 06 82.
-          Une diffusion est prévue le 10 novembre à 16H15 sur France3 Ouest France 3 Ouest se trouve la plupart du temps dans les bouquets de chaînes du câble/satellite/ADSL. Beaucoup doivent donc l’avoir.
 
Visionner ce film a été une très belle manière de boucler l’aventure avec ma classe de l’année dernière, et l’occasion pour les premières de cette année de comprendre ce qu’est ce prix (…) »
100-9246.JPG
Repost 0