Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 07:02

La fin des cours officiels se profile et avec eux s’achève aussi « l’enseignement de spécialité » qui nous a tant sollicités cette année puisqu’il s’agissait d’une création. J’ai déjà dans ce blog écrit un certain nombre d’articles au sujet de la gestation du projet et de sa réalisation.

L’un des « inconnus » était l’écriture d’un conte collectif autour de la légende de la Ville d’Ys. Après écriture, le travail a consisté dans l’acquisition de l’art de conter. Notre conteuse a parfaitement formé les élèves et la séance s’est très bien déroulée, avec à la clé un « goûter médiéval » concocté par nos élèves : à la base, gaufres au fromage, biscuits salés, crêpes, le tout, on fermera les yeux, arrosé de coca-cola !

Je publierai dans les jours qui vont venir plusieurs articles relatifs à des recherches effectuées autour de la matière de Bretagne...

Le projet Bretagne tire sa révérence
Repost 0
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 05:54

Les vidéos arrivent peu à peu... L’un de nos comédiens travaille sur un montage... Affaire à suivre et en attendant voici le film de l’acte 1 qui montre notamment le ballet claquettes qui ouvrait le spectacle...

Repost 0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 10:09

L’expérience arrive à son terme, et la bienveillante conteuse a distribué à chacun de ses valeureux conteurs un épi de blé. C’est la tradition pour elle, « la marque de reconnaissance de sa licorne »... En quoi le jeu a-t-il exactement consisté ? Voici en quelques lignes le contenu de cet enseignement d’exploration réservé aux secondes qui avaient choisi cette option.

Parallèlement à un approfondissement littéraire et historique, une formation dans le domaine du conte a été proposée aux élèves sur la base d’une légende bretonne, celle de la Ville d’Ys. Ils ont été nombreux, les écrivains bretons et les autres, à raconter à leur manière cette « histoire écoutée aux portes de la légende » selon la formule de Victor Hugo (qui l’a lui-même souvent évoquée dans ses carnets de voyage, ses romans et ses poèmes)

Les versions de cette histoire sont variées et c’est sur cette idée de prolifération favorable à l’imaginaire qu’ont travaillé nos conteurs en herbe.

Tout commence en plein océan dans les royaumes du nord où le roi Gradlon, roi de Petite Bretagne, fait la rencontre de la divine Malgven. Du couple naît Dahud, princesse trouble, enfant gâtée et vicieuse qui, le jour de ses dix-huit ans, réclame rien moins qu’une ville à son père, une ville pour en être la princesse, une ville pour échapper à la morale et aux principes religieux de Saint Guénolé...

Cette ville, c’est la ville d’Ys, une ville à l’image de Dahud, splendide, brillante et corrompue... Cité damnée, que la fureur du nouveau Dieu va condamner à la submersion au large de la baie de Douarnenez... Mais la fille de Malgven n’a pas encore dit son dernier mot...

Tous ces motifs inspirent l’imagination, libèrent les audaces, multiplient les chemins. Face à ce buisson de mythologie, les élèves ont lu, réfléchi, regardé, puis ils ont pris la plume et réécrit leur propre version à partir d’un schéma narratif... Puis, en atelier théâtre, ils ont appris peu à peu à dire, à bouger, à conter, autrement que sur le bout des doigts !

Repost 0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 20:14

Une salle comble, des gens debout et cette force d’émotion et de partage qu’on perçoit « derrière le rideau ».

Et tout de suite après, cette mélancolique dérive quand un texte et tous ses personnages ont fini de vivre, comme ça, d’un coup, tombés dans la trappe, à l’endroit où s’étouffe le souffleur.

Les costumes gisent par terre, les comédiens défroqués réclament déjà d’autres rôles, ceux qu’ils assumeront l’an prochain, mais c’est encore si loin d’eux et si loin de leur agonisante dépouille dont l’équipe des adultes ramasse, en lançant des projets, les derniers fragments !

Repost 0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 14:58

Grosse semaine théâtrale au lycée avec les deux ultimes représentations dans la nouvelle salle de spectacle parée in extremis.

Pour l’occasion, mon frère, complice lui aussi passionné des States, a réalisé une très belle bande annonce que je vous laisse découvrir à la veille de ces deux grands moments de l’année !

Repost 0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 11:28

La fonction des claquettes dans un spectacle ne doit pas être purement ornementale... Elles doivent jouer un rôle dans le spectacle, lui apporter quelque chose de particulier. C’est dans ce sens que les deux formes d’expression artistique peuvent étroitement collaborer.

Dans son œuvre fondatrice, « Sur la route », l’écrivain Jack Kérouac, apôtre de la génération beatnick, en même temps qu’il relate ses voyages au travers des Etats-Unis, part en quête d’un nouveau langage, « le beat », marqué par un rythme particulier, fondé sur des associations de sons et de mots proches de la réalité observée. La pièce « Jack Kérouac sur la route et sur les planches », réécriture de ce récit, utilise le motif des claquettes dans ce sens.

Ainsi, le rythme du train qui quitte la gare, se lance à la conquête des territoires immenses du « wild », roule, ralentit est-il souligné par la voix du narrateur doublée du ballet de claquettes...

Jack : Le train qui passe, boum, boum... L’énorme fracas de la machine noire… La route qui tape, tic, tac, tic, tac... Les hommes rouges et barbouillés sur la loco, ouah, ouah... Les conducteurs cyniques aux compteurs de vitesse, Cadillac, Pontiac, Ford Mustang, vroum, vroum... Tout défile à toute allure, gratch, gratch… Le monde entier défile… Rocs de l’étrange nuit tout illuminés… shit, shit, tic, tac, vroum, vroum, gratch, gratch…

Les danseurs portent des tenues en rapport avec la légende de l’ouest. Ils simulent des voyageurs à bord de la locomotive, mise en abyme du spectacle à venir...

De la même façon, au moment du prologue, lorsque l’écrivain s’efforce se rassembler ses souvenirs, les touches de la « vieille machine » à écrire produisent une première rythmique qui appelle le jeu des sons et des claquettes : « on the road Jack ! » fournit l’occasion d’un ballet qui prolonge la rêverie :

Jack (récitant) : Ta... Ta... Ta... Ta... Ta... Ta... Jack... Jack... Jack... Jackpot... Back... Back Jack ! Flashback… Parle vieille machine, parle ! Secoue-toi les tripes… Longue route du manuscrit, ligne blanche des mots, ramène-moi dans la patrie de Marcel Proust, d’Arthur Rimbaud et de mon lointain ancêtre, Lebris de Kéroack, tout là-bas dans le Far Ouest, en terre d’Armorique.

Un personnage, en l’occurrence Dean Moriarty, le « mentor » de Jack dans la pièce, est « le danseur de claquettes ». Il s’adonne à cet art par esprit de rébellion, c’est ce qu’il appelle, par référence à James Dean, « sa fureur de vivre ». Rappelons que James Dean est un pseudonyme façonné sur la référence à la figure du Dean de Kérouac.

Une certaine violence est donc sensible sur la scène du fait de la présence des claquettes. Dans une adaptation noire du « Macbeth » de Shakespeare, « le Ceilidh », celles qui les chaussent sont des personnages inquiétants, sanguinaires, diaboliques, inspirées des sorcières de la lande. Elles prédisent le destin mais elles utilisent le registre burlesque pour accentuer leur caractère inquiétant. Le ballet sur « Fuck them all » traduit assez bien cette tonalité.

Autre forme de violence marquée par les claquettes, c’est dans la pièce « Loft History 2084 » inspirée à la fois du « 1984 » d’Orwell et de l’émission de téléréalité : « Loft Story » qui passait sur M6 en 2004. Dans ce « loft » d’un genre particulier, les comédiens lofteurs étaient interrompus par de ridicules spots publicitaires accomplis par des danseurs de claquettes imbéciles, incapables de sortir d’une sorte de novlangue linguistique. Musique et claquettes, spots et slogans comme moyens de formatage de l’individu...

L’insertion dans la pièce de personnages pratiquant les claquettes est également un moyen facile de justifier la présence de ballets dans les pièces. Dans « le Tennessee Club » (pièce américaine inspirée de l’univers de Tennessee William), puis dans « le Ponton », (pièce inspirée de l’univers de Pirandello), deux des héroïnes sont des professionnelles. Dans « le Tennessee club », Sexy Sissi et Miranda sont deux sœurs ex membres du « Ziegfeld Follies » qui n’ont jamais voulu abandonner leur passion de la danse au point de sacrifier tout le reste. Elles n’ont plus de succès mais s’échinent, malgré le « détraquement du temps qui passe », à vouloir se produire en public là où on voudra bien les recevoir, notamment au « Tennessee club », bar perdu au fond du désert de Mojave à Bagdad Café...

Même lien à la danse et aux claquettes pour les deux sœurs du « Ponton », vieilles conteuses siciliennes qui se font appeler dans une petite ville de Sicile où chaque été elles « racontent des histoires de marionnettes » : « les Beffana sotto le stelle ». Leur spectacle est à base de légendes et de ballets.

Enfin, la présence des claquettes sur la scène crée également une atmosphère particulière, plonge le spectateur dans un univers traditionnel... Les musiciens de l’Ecole de musique qui collaboraient également aux spectacles réalisaient « en live » des morceaux sur lesquels dansaient les comédiens. Sur l’air de Franck Sinatra « I’m in heaven » atmosphère « à l’américaine » dans « le Tennessee Club » où se produisent Sexy Sissi, Miranda et leurs jeunes élèves. Sur un air de Run Rig atmosphère écossaise dans « le ceilidh » qui ouvre la pièce du même nom. La scène se passe dans un pub où a lieu comme c’est le cas en Ecosse un « ceilidh » dont la première attraction est la danse : jigs, claquettes irlandaises, chants gaéliques... Et pour terminer, du côté de chez Pirandello, sur la place du village de Santo Stefano di Camastra a lieu d’abord sur un rythme de « napoletana » un ballet claquettes simple auquel sont associés les enfants et les adultes. Et côté musiciens, on retrouve la mandoline ou le bandoléon.

Repost 0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 15:03

Même lien à la danse et aux claquettes pour les deux sœurs du « Ponton », vieilles conteuses siciliennes qui se font appeler dans une petite ville de Sicile où chaque été elles « racontent des histoires de marionnettes » : « les Beffana sotto le stelle ». Leur spectacle est à base de légendes et de ballets.

Enfin, la présence des claquettes sur la scène crée également une atmosphère particulière, plonge le spectateur dans un univers traditionnel... Les musiciens de l’Ecole de musique qui collaboraient également aux spectacles réalisaient « en live » des morceaux sur lesquels dansaient les comédiens. Sur l’air de Franck Sinatra « I’m in heaven » atmosphère « à l’américaine » dans « le Tennessee Club » où se produisent Sexy Sissi, Miranda et leurs jeunes élèves. Sur un air de Run Rig atmosphère écossaise dans « le ceilidh » qui ouvre la pièce du même nom. La scène se passe dans un pub où a lieu comme c’est le cas en Ecosse un « ceilidh » dont la première attraction est la danse : jigs, claquettes irlandaises, chants gaéliques... Et pour terminer, du côté de chez Pirandello, sur la place du village de Santo Stefano di Camastra a lieu d’abord sur un rythme de « napoletana » un ballet claquettes simple auquel sont associés les enfants et les adultes. Et côté musiciens, on retrouve la mandoline ou le bandoléon.

La part des claquettes dans les spectacles de « Jack sur la route et sur les planches » au « Ponton » (4/4)
Repost 0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 08:50

Une certaine violence est donc sensible sur la scène du fait de la présence des claquettes. Dans une adaptation noire du « Macbeth » de Shakespeare, « le Ceilidh », celles qui les chaussent sont des personnages inquiétants, sanguinaires, diaboliques, inspirées des sorcières de la lande. Elles prédisent le destin mais elles utilisent le registre burlesque pour accentuer leur caractère inquiétant. Le ballet sur « Fuck them all » traduit assez bien cette tonalité.

Autre forme de violence marquée par les claquettes, c’est dans la pièce « Loft History 2084 » inspirée à la fois du « 1984 » d’Orwell et de l’émission de téléréalité : « Loft Story » qui passait sur M6 en 2004. Dans ce « loft » d’un genre particulier, les comédiens lofteurs étaient interrompus par de ridicules spots publicitaires accomplis par des danseurs de claquettes imbéciles, incapables de sortir d’une sorte de novlangue linguistique. Musique et claquettes, spots et slogans comme moyens de formatage de l’individu...

L’insertion dans la pièce de personnages pratiquant les claquettes est également un moyen facile de justifier la présence de ballets dans les pièces. Dans « le Tennessee Club » (pièce américaine inspirée de l’univers de Tennessee William), puis dans « le Ponton », (pièce inspirée de l’univers de Pirandello), deux des héroïnes sont des professionnelles. Dans « le Tennessee club », Sexy Sissi et Miranda sont deux sœurs ex membres du « Ziegfeld Follies » qui n’ont jamais voulu abandonner leur passion de la danse au point de sacrifier tout le reste. Elles n’ont plus de succès mais s’échinent, malgré le « détraquement du temps qui passe », à vouloir se produire en public là où on voudra bien les recevoir, notamment au « Tennessee club », bar perdu au fond du désert de Mojave à Bagdad Café...

La part des claquettes dans les spectacles de « Jack sur la route et sur les planches » au « Ponton » (3/4)
Repost 0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 16:35

De la même façon, au moment du prologue, lorsque l’écrivain s’efforce se rassembler ses souvenirs, les touches de la « vieille machine » à écrire produisent une première rythmique qui appelle le jeu des sons et des claquettes : « on the road Jack ! » fournit l’occasion d’un ballet qui prolonge la rêverie :

Jack (récitant) : Ta... Ta... Ta... Ta... Ta... Ta... Jack... Jack... Jack... Jackpot... Back... Back Jack ! Flashback… Parle vieille machine, parle ! Secoue-toi les tripes… Longue route du manuscrit, ligne blanche des mots, ramène-moi dans la patrie de Marcel Proust, d’Arthur Rimbaud et de mon lointain ancêtre, Lebris de Kéroack, tout là-bas dans le Far Ouest, en terre d’Armorique.

Un personnage, en l’occurrence Dean Moriarty, le « mentor » de Jack dans la pièce, est « le danseur de claquettes ». Il s’adonne à cet art par esprit de rébellion, c’est ce qu’il appelle, par référence à James Dean, « sa fureur de vivre ». Rappelons que James Dean est un pseudonyme façonné sur la référence à la figure du Dean de Kérouac.

La part des claquettes dans les spectacles de « Jack sur la route et sur les planches » au « Ponton » (2/4)
Repost 0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 04:57

La fonction des claquettes dans un spectacle ne doit pas être purement ornementale... Elles doivent jouer un rôle dans le spectacle, lui apporter quelque chose de particulier. C’est dans ce sens que les deux formes d’expression artistique peuvent étroitement collaborer.

Dans son œuvre fondatrice, « Sur la route », l’écrivain Jack Kérouac, apôtre de la génération beatnick, en même temps qu’il relate ses voyages au travers des Etats-Unis, part en quête d’un nouveau langage, « le beat », marqué par un rythme particulier, fondé sur des associations de sons et de mots proches de la réalité observée. La pièce « Jack Kérouac sur la route et sur les planches », réécriture de ce récit, utilise le motif des claquettes dans ce sens.

Ainsi, le rythme du train qui quitte la gare, se lance à la conquête des territoires immenses du « wild », roule, ralentit est-il souligné par la voix du narrateur doublée du ballet de claquettes...

Jack : Le train qui passe, boum, boum... L’énorme fracas de la machine noire… La route qui tape, tic, tac, tic, tac... Les hommes rouges et barbouillés sur la loco, ouah, ouah... Les conducteurs cyniques aux compteurs de vitesse, Cadillac, Pontiac, Ford Mustang, vroum, vroum... Tout défile à toute allure, gratch, gratch… Le monde entier défile… Rocs de l’étrange nuit tout illuminés… shit, shit, tic, tac, vroum, vroum, gratch, gratch…

Les danseurs portent des tenues en rapport avec la légende de l’ouest. Ils simulent des voyageurs à bord de la locomotive, mise en abyme du spectacle à venir...

La part des claquettes dans les spectacles de « Jack sur la route et sur les planches » au « Ponton » (1/4)
Repost 0