Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 05:21
Et s’il y avait, dans le récit des Befana, un personnage qui, comme on l’a vu, annoncerait le destin non plus de Gigi, d’Ornella ou même de Carolina jeune, mais des deux Befana … A la relecture du passage suivant, je propose ce rapprochement  et le livre à votre sagacité…
 
« (…) Francesca : elle va voir ce que Carolina a dessiné et revient, l’air perplexe.
Alors, je continue !… Le matin suivant, une vieille femme qui ramassait des coquillages trouva l’armure sur la plage. Quand elle voulut la ramasser, toutes les pièces du métal se disloquèrent sous ses doigts et s’envolèrent comme des pétales dans l’air léger…
 
              A la manière d’une Befana, « la vieille femme » collecte… Ainsi, cette « envolée de pétales dans l’air léger » serait une métaphore du conte et du message qu’il diffuse à la façon d’un pollen ! D’autant que, dans la légende d’Angelika, ce sont les pétales qui créent la vie dans la ville de Santo Stefano…
 
« (…) Carolina : elle déplie un manuscrit jauni et se met à lire.
Une pluie de pétales s’abattit ce matin-là à Santo Stefano di Camastra, provincia di Messina… Aussitôt, et comme mus par une force surnaturelle, les habitants de la ville coururent chercher tout ce qui faisait couleur : du vin, des fruits, des fleurs, et des peintures… des peintures de toutes les couleurs ! Peintures vives comme l’amour, pourpres, roses, jaunes, vertes, bleues… Soleil, mer, passion, frénésie. Les hommes et les femmes riaient et s’embrassaient, et aussitôt, tous les enfants, garçons et filles, armés de pinceaux, se mirent à peindre, à peindre partout, sur les assiettes, sur les verres, sur les cruches, sur les plats, sur les murs des maisons, sur le pavé des rues, sur les trottoirs, sur les galets de la plage… La céramique était née dans la ville de Santo Stefano di Camastra (…) »
Ragazzi e vecchi sulla piazza... (Photo Nino, Caltagirone, Sicilia)
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires