Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 07:05
Pour compléter la présentation de Jack, cet extrait de la fin de l’acte 1, lorsque le jeune Jack décide de tout quitter et de partir sur la route. Il prend avec lui quelques habits, un carnet de notes, son violon et ses claquettes qu’il a chaussées. Quelques cours ont permis à cet émule de Salinger type de donner du rythme à sa diction pour le monologue que voici :
 

« Jack : Personne à la baraque ? C’est le grand moment, Jack ! It’s time to go ! Je vais enfin mettre les voiles… Ah, le voyage, la route, les grands déserts de l’Ouest, l’aventure !... Avec mon compagnon de toujours, mon ruck-sack, rock-sack… Il y a du rocher dans ce mot, rock-sack, ruck-sack… Il y a du swing ! Il y a du rock’n roll ! Yaou … ! Rock-sack, ruck-sack ! Le train qui passe, boum, boum, l’énorme fracas de la machi,ne noire, les hommes rouges et barbouillés sur la loco, tout défile à toute allure, gratch, gratch, tonnerre !... Le monde entier défile, rocs de l’étrange nuit tout illuminés, les bayous de New Orleans, shit, shit, shitiboum, chat, chatacat… Et les serpents à sonnettes dans les déserts insurmontables et mon ruck-sack, mon ruck-sack… »

j2.jpg

 
Adesso, andiamo !
 
              A ce moment Jack retire ses claquettes, les met dans le sac à dos avec ses autres effets puis il s’en va en traversant le public, grand moment… Je revois Kévin hurler à tue-tête les vers de Walt Whitman :
 
« … Que le papier reste blanc sur le pupitre et le livre fermé sur la tablette ! Que les outils restent dans l’atelier ! Que l’argent reste à l’abri du gain ! Que s’arrête l’école ! N’écoutez pas le cri de l’instituteur ! Laissez le prédicateur prêcher en sa chaire !.... »
 
              Et la chanson de Bob Dylan « blowing in the wind » au tomber de rideau.
 
              Déplacement à Nantes ce week-end, je reprends la ligne lundi matin !
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires