Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 05:59
En prévision de la rencontre avec Arlette, notre partenaire musique pour le spectacle, dès les premiers jours de la rentrée, je dois faire le point sur les musiques et Jennifer est en train d’évaluer sur quels morceaux elle va proposer une chorégraphie. Voici en tout cas la liste des titres retenus pour l’ensemble du spectacle : amateurs de canzone italiana, laissez-vous bercer !
 
-         Angelo Branduardi : « la demoiselle »
-         Paolo Conte : « Via con me »
-         Richard Cocciante : « Il mio rifugio »
-         Gianmaria Testa : « Gli amanti di Roma »
-         Adriano Celentano : « C’é sempre un motivo ».
-         Adriano Celentano : « Ancora vivo ».
-         Toto Cuttogno : « l’Italiano ».
-         Paolo Conte : « Sotto le stelle del jazz »
-         Zucchero : « Senza una donna ».
-         Dalida : « Gigi l’Amoroso »
-         Adriano Celentano : « la barca »
-         Gianmaria Testa : « Sono belle le cose »

HPIM1978.JPG

Un po di musica ...

 

Rubrique Goncourt :
 
Interview d’Amélie Nothomb. Rencontre du 11 octobre. (3)
 
 
Dans quel cadre écrivez-vous, ce qui vous inspire, à quel moment ?
 
D’abord j’écris absolument tous les jours, sans exception. D’environ 4h à environ 8h du matin, au saut du lit, juste au moment où je me réveille. La seule chose que je fais entre le moment où je me réveille et le moment où je commence à écrire, c’est que je bois d’un trait un demi litre de thé trop fort et que je m’habille énormément parce que ça donne froid d’écrire. Mais tout de suite je me mets à écrire, j’écris frénétiquement dans un état mental et physique extrêmes pendant plusieurs heures et après ça va. C’est comme si j’avais expulsé ce que j’avais besoin d’expulser pour être viable.
 
 
Que cela vous apporte-t-il d’écrire ?
 
C’est mystérieux comme question, mais en même temps c’est quand même singulier. Cela fait maintenant tellement d’années que j’écris et je sais que je pourrai pas vivre sans. Tous les matins au réveil, je me réveille dans la même angoisse, qui est un peu l’angoisse d’Urbain quand il se réveille et qu’il ne sait même plus qui il est. Je sais que tous les matins je dois tout reconstruire, donc ça recommence…Et en même temps, cela m’apporte de la jouissance. C’est très difficile d’écrire, mais je le fais dans un état de jouissance extrême et cela donne des sensations fortes et c’est vrai que je suis toujours à la recherche de sensations fortes.
 
 
A partir de quand avez-vous commencez à écrire ?
 
Avant l’âge de 17 ans, je n’ai pas écrit une seule ligne. Jamais je ne me le serais autorisée. J’ai été élevée dans un très grand culte de la littérature. Très grande lectrice, fille de très grands lecteurs, sœur de grande lectrice. Du coup la littérature pour moi était un temple. Ce qui ne m’incite pas du tout à écrire, au contraire, on se sent tout petit devant la littérature et on se dit : « jamais je ne serai assez grotesque pour aller me commettre dans ce temple ». Finalement, ce qui m’a autorisé à écrire, ça a été un livre de Rilke qui s’appelle Lettre à un jeune poète que j’ai lu justement à 17 ans et où la question de l’acte d’écrire y est posée de façon tellement différente de la façon dont je me le posais moi, (c'est-à-dire que moi je me disais « je n’écris pas parce que je suis indigne »), tandis que Rilke répond à la question d’une façon totalement différente, à savoir, la question n’est pas « suis-je un bon écrivain ? » (Parce que ça de toute façon, on en sait jamais rien), la seule question qu’on peut se poser c’est « est-ce que je peux continuer à vivre sans écrire ? Est-ce que écrire est pour moi une question de vie ou de mort ? ». Et je peux vous assurer qu’à cet âge là, ma condition de vivante n’était pas si sûre. J’ai vraiment compris que oui c’était une question de vie ou de mort. Donc je ne peux pas me poser la question de savoir si je pouvais me mesurer à Proust, puisque évidemment je ne le pouvais pas, Mais je pouvais écrire parce que c’était une question de vie ou de mort.
 
 
Vous éprouviez donc un certain mal-être ?
 
Un mal-être phénoménal, comme je crois on en éprouve souvent à vos âges…
 
 
Vous en êtes-vous servie pour écrire Antéchrista ?
 
Ca il est clair que Antéchrista est à 95 % autobiographique. J’ai eu ma Christa, qui ne s’appelait pas ainsi, mais j’ai été Blanche. Et alors, c’est très singulier parce que tout le monde m’a dit « Blanche, c’est moi, les vieux messieurs, les jeunes filles, les jeunes gens, les mères de famille... », mais personne ne m’a dit « ah ! Je me suis reconnue dans le personnage de Christa », donc moi je me dis « mais où se cache-t-elle ? » (rire
 
Question cinéma, aimez-vous les films en général ?
 
Je passe ma vie au cinéma. Ca a commencé pendant mon adolescence lorsque je suis arrivée en Europe, me sentant terriblement seule, j’y allais tous les jours voir absolument n’importe quoi et c’est d’ailleurs une attitude qui m’est restée. Même si je ne vais pas au cinéma tous les jours je suis du style à aller absolument tout voir : les films américains comme Superman et puis la troisième rétrospective du cinéma turkmène.
 
Et le dernier film en date ?
 
Un film chinois que j’ai vu vendredi dernier qui s’appelle « Voiture de luxe ». Formidable.
 
Et est-ce que tout cela vous a donné envie de travailler au cinéma ?
 
Vous savez cela ne s’improvise pas. On a vu beaucoup d’écrivains ces derniers temps s’imaginer qu’il suffit de prendre une caméra et de filmer, Bernard Henry Lévy par exemple, on a tous vu le grand chef d’œuvre que ça a donné. Je n’ai pas tellement envie de me ridiculiser, d’autre part ce que je fais comme écrivain occupe tellement de mon temps, j’ai une telle passion pour ça que je me dis : à chacun son métier. Vous savez moi je suis tellement comblée par ce que je fais… En plus je vois des gens aussi merveilleux qu’Alain Cornaud qui se tournent vers moi pour faire des films avec ce que je fais que je me dis :  « -raison de plus pour ne pas se couvrir de ridicule, laissons faire les spécialistes ».
 
Réaction de collègue :
Un grand merci de Nîmes à vous tous qui animez ces rencontres virtuelles mais ô combien réelles quand régulièrement je me connecte à la machine infernale.
Phil le bloggeur m’agace un tantinet moi aussi et les commentaires des internautes ne méritent pas vraiment le temps que l’on passe à les consulter, même s’il y a quelquefois d’heureuses surprises.
Nous sommes tous orientés vers le tiercé gagnant : pour ma part, j’ai demandé vendredi à mes élèves de répondre aux questions suivantes :
1)Quel est mon tiercé d’après les romans que j’ai lus ?
2)Ce tiercé est-il modifié par les remarques de mes camarades sur les romans que je n’ai pas encore lus ? Quel est le nouveau tiercé que je propose ?
3)Quel est mon tiercé des romans que j’élimine ?
Après dépouillement de ces votes :
Sont éliminés sans contestation aucune :
Quartier général du bruit et Supplément au roman national. Rien d’évident quant au 3°
Le tiercé gagnant est assez loin d’être net car les élèves comptent sur les dix jours de vacances pour poursuivre ce marathon et avant de se prononcer pour 3 romans, je ne peux que comptabiliser les 6 ouvrages qui retiennent leur faveur au 20 octobre :
Journal d’Hirondelle
Marilyn dernières séances
Nitoi ni moi
Ouest
Disparaître
Contours du jour qui vient 
Juste après, Un Pont d’oiseaux et L’amant en culottes courtes sont à égalité.  
Le succès de Journal est dû au fait qu’ils l’ont tous lu, que le roman est court et à même de séduire des élèves de seconde qui lisent peu en général.
Celui de Marilyn et Nitoi ni moi est en partie lié à l’effet des rencontres avec les auteurs, le 3 octobre à Marseille, mais en partie seulement car les élèves avaient déjà apprécié les ouvrages et ont été en fait confortés dans leur choix.
Antoine Audouard les avait charmés lors de la rencontre et ils ont été nombreux à emprunter le roman, mais le succès n’est pas vraiment au rendez-vous.
Personnellement je voterais pour Fils unique mais mes élèves le trouvent sans intérêt. Dommage… J’exploiterai tout de même certains passages en espérant qu’ils garderont quelques souvenirs pour l’année prochaine.
J’ai encore une question à vous poser à tous : comment procédez-vous pour choisir le délégué régional ?
La semaine dernière, j’ai demandé aux élèves d’indiquer par écrit s’ils souhaiteraient être délégué et d’argumenter leur réponse. Sur une classe de 32 élèves, 8 sont réellement intéressés et ceux qui ont répondu par la négative ont justifié leur position de façon sincère et même touchante. Et ce ce moment je me torture pour savoir comment désigner le délégué…
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires