Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 05:12
              « Journal du 11.08 : le travail est plus long que prévu. Les corrections sont négligeables, et pourtant essentielles. Négligeables dans le sens où elles n’amènent pas à de profondes remises en cause (Pour l’heure, j’en suis arrivé au chapitre 8), mais essentielles parce qu’elles concernent le fameux « affinage ».
              L’ordinateur indique à chaque fois que j’ouvre le document « ponton » un nombre défini de signes utilisés. Et bien, je constate que depuis que j’ai commencé cette correction, le nombre de signes diminue. Cela correspond bien à la volonté de simplifier et de purifier l’idée.

HPIM1346.JPG

La spiaggia senza il pontile !

 

Rubrique Goncourt : proposition de collègue
 
18-10-06 : Projet : Qu’est-ce qu’un bon roman ?
 
* Intérêt du Goncourt des lycéens :
 
            Mettre en relation des romans de la rentrée littéraire et des élèves
            Observer la réception de ces œuvres par des lycéens mis en situation:
                                  
* D’exprimer des préférences, de formuler un jugement de goût,
de justifier celui-ci.
* D’élaborer des critères discriminants, de débattre de leur pertinence.
* De confronter, lors des délibérations, ces critères avec ceux des autres ; de confronter les jugements de goût.
 
·        Nous souhaiterions que cette réflexion puisse être approfondie dans un projet qui concernerait potentiellement tous les élèves du Lycée.
 
Présentation :
            Développer une réflexion autour de cette question : Qu’est-ce qu’un bon roman ?
           
            Pistes :
 
1) Lancer une Enquête sur le thème ; vérifier la pertinence de la question ainsi formulée; élaborer des questions, proposer des critères, demander de les hiérarchiser etc. Ce travail de formulation des questions serait proposé aux élèves en cours de français par des professeurs.
( Quels profs ? Quelles classes ?) Une classe serait chargée de synthétiser et de retenir un certain nombre de questions.
L’aspect « enquête d’opinion » serait lui confié à d’autres élèves : les programmes permettraient-ils d’intégrer ce travail ? ( Ses ?)
 Nous possédons au lycée Sphinx, un logiciel d’aide à l’exploitation des résultats.
Cette enquête serait réalisée auprès de l’ensemble de la communauté éducative ( Agents, Administration, Elèves, Parents, Professeurs…)
Les résultats seraient analysés pour mettre en évidence les critères qui font varier les réponses.
Il y a un aspect statistique, mathématique, qui pourrait peut-être être exploité.
 
2) Les 1ère L prérareraient une synthèse sur : les critères et la manière dont s’est formé leur jugement de goût ; ce qui est ressorti de la confrontation lors des délibérations.
De même sur les représentations des écrivains de la sélection  : les élèves rencontrent vallejo le 25-10-06 et le questionneront notamment sur ce point ; nous disposons de documents à exploiter (articles…) pour les autres.
 
3) Les élèves volontaires et les membres du personnels qui lisent les œuvres de la sélection Goncourt seraient conviés à des tables rondes sur ce thème : quels romans avez-vous aimé ? détesté ?etc dans le but de faire remonter les critères intervenus dans le jugement de goût. Les élèves de L participeraient aux débats pour apprécier les différences/ les ressemblances avec leur propre jugement.
 
4) Pour lier ces réflexions à l’histoire littéraire- nous n’avons pas encore de prof de philo mais c’est bien- entendu avec lui notamment qu’une synthèse serait intéressante- :
Pistes : faire travailler les élèves sur les enquêtes littéraires ( Enquête de Jules Huret fin 19ème / Enquêtes surréalistes …)
 
5) Au final : présenter une exposition vivante conçue comme un parcours pour approcher nos représentations sur cette question.
 
 
Réaction de collègue
A Amiens, la Fnac s'est trompée, et ignorant que Nancy Huston était 
exclue de la sélection Goncourt des lycéens, nous a livré AUSSI 
"Lignes de faille", son dernier opus, que je viens de lire.  C'est le 
roman de quatre générations à reculons dans le temps, de 20 ans en 20 
ans, entre 2004 et 1944, depuis Sol(omon), puis son père Randall, sa 
grand-mère Sadie jusqu'à l'arrière-grand-mère AGM ou Erra, ou Kristina 
ou Klarysa. Un grain de beauté erratique (devenu à la fin grain de 
"laideur" à extirper) lie entre eux les héritiers d'une douloureuse et 
sombre histoire, celle des enfants "aryens" arrachés à leurs familles 
polonaises ou ukrainiennes pour être élevés, dressés, aryanisés en 
Allemagne. C'est l'histoire des "lebensborn", les "fontaines de vie", 
dont Erra est une victime, et de leurs conséquences sur les 
générations qui les ont suivies. Quatre monologues intérieurs 
d'enfants de six ans : Kristina, enfant passionnée par la vie et 
vibrante de chant devient Erra, fantasque cantatrice sans paroles et 
mère de Sadie, enfant écorchée et maladroite, qui devient à son tour 
une adulte rationnelle et envahissante, acharnée à la poursuite de son 
passé. Convertie au judaïsme le plus orthodoxe et mariée avec un juif, 
Sadie met au monde Randall, déchiré entre les USA et Israël, entre sa 
mère débordante et directive, et son père attentif, ironique, 
silencieux, et dramaturge impuissant à créer. Le roman s'ouvre en 
Californie sur le monologue de Sol, fils de Randall et de Tessa, mère 
enrobante, dévorante et dévorée de bons sentiments, tout entière vouée 
à son fils, et totalement ignorante du voyeurisme cruel dont il est 
habité. De l'un à l'autre, le grain de beauté rond et duveteux erre 
sur les corps, talisman ou objet de répulsion, que Tessa veut faire 
disparaître du visage de Sol.
Encore un roman hanté par l'Histoire, un roman pour panser - ou non ? 
-  les plaies qu'elle a ouvertes. En tout cas, c'est construit, c'est 
écrit, riche, lisible,  et si ma lecture n'a pu se défaire de la 
pensée des élèves, je me dis que ce livre les aurait touchés et 
intéressés, émus, sans doute. Les nôtres pourront le lire. Dommage 
pour les vôtres, mais si vous en avez l'occasion, lisez-le, et 
faites-le lire.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires