Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

16 juin 2006 5 16 /06 /juin /2006 10:42
L’interview est donc terminée et je reviens au journal de l’événementiel avant de retrouver l’Ecosse. J’ai donc été invité samedi dernier au café littéraire de Dinan. Le charme de ce type d’animation, si on la compare aux traditionnelles signatures, c’est de pouvoir aborder en profondeur le contenu d’un livre, d’abord parce qu’il y a, de la part du public, l’attente d’un exposé de présentation, ensuite, parce que ceux qui sont venus ont des questions précises à poser. Ils ont lu le livre ou ont l’intention de l’acheter. Ils réagissent à des éléments de l’exposé.
              Edouard, le libraire, a créé une ambiance conviviale. Les tables sont arrangées de façon à favoriser l’écoute de l’intervenant. Il propose des boissons à chacun, fait circuler le livre… La conversation roule sur l’implication des comédiens dans leur rôle, sur l’intérêt du tragique et bien évidemment, sur Macbeth. Il y a là des Britanniques : Dinan est une ville qui les attire ! Et ils connaissent leur Shakespeare sur le bout des doigts !
              Ils sont surpris par le dénouement de l’œuvre. J’aime bien l’analyse qu’ils proposent : dans Macbeth, le mal vient essentiellement de la femme, de « lady Macbeth » et, dans le fond, Macbeth est un pauvre homme qui aime son roi et qui se laisse manipuler par une épouse frustrée. Au début, Lady Macbeth n’a rien, aucun pouvoir, et elle saisit l’occasion de s’affirmer à travers son mari. Dans le Ceilidh, les choses sont radicalement différentes : tout le mal vient de l’homme qui imagine les crimes, délègue la mission, envenime le discours de Rebecca, tire les marrons du feu...

HPIM1219.JPG

Whom is the worst ? Male or female ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires