Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

23 avril 2006 7 23 /04 /avril /2006 07:31
Je ne clorai pas cette série sur les lutins et les fées sans évoquer cette curiosité qui surprend le passant le long d’une petite route de la « Black Isle », la fameuse « Ile noire » de Tintin, située à proximité d’Inverness.  A vrai dire, il ne s’agit pas d’une île (ce qui va dépoétiser la scène !) mais d’une presqu’île économiquement très active, qui s’étire entre deux bras de mer (des « firth »), au nord d’Inverness.
              Un dimanche matin, je roulais sur une petite route de cette Black Isle et mon regard est attiré par un gros chêne sur le bas-côté. Toutes les branches de ce chêne sont encombrées de pièces de vêtements, tissus variés, indécents ou légers, gracieux ou triviaux, chaussettes, soieries, slips à poches ou strings, mouchoirs brodés, collants usagers, bas résilles…
               L’eau de la claire fontaine que chante Brassens coule là-dessous, sous cet enchevêtrement de racines, ramures, étoffes et semble accompagner le grincement des branches dans le vent du matin.
               Je m’avance ou plutôt me faufile sous les culottes avec l’air sournois d’un cycliste qui défait son cuissard pour la pause pipi. Je reluque les dessous pas très affriolants de cette débauche de dentelles et de tissus fantaisie empesés de rosée.
               Un paysan travaille dans le champ d’en face et fixe un oeil jaloux sur mes musardises. Plutôt perplexe qu’autre chose, je choisis l’option de m’avancer vers lui pour l’interroger.
               Le gaillard éclate d’un bon rire. « That’s the fairy tree », l’arbre aux fées !... « Depuis des temps très anciens, les gens accrochent des bouts de tissu pour habiller les fées !... » Puis il ajoute, un peu plus rigolard : « toi, je t’ai vu faire ! tu n’as rien accroché, mais tu as regardé sous les jupes ! Arh, these french ! »

100-4332.JPG

Looking for fairies (collection personnelle)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

FrÚre 23/04/2006 19:43

Excellent.