Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 04:47
Retour sur la “gastronomie” ! Après le fish, en guise de dessert dans le sac à dos, voici deux sucreries dont les noms figurent dans le Ceilidh, du moins dans la version narrative.
« Sa compagne Rebecca sur les genoux, Ronald Mac Donald n’a pas ouvert la bouche de la soirée. Les beaux yeux d’Heather, l’éclat de la chevelure rousse, le léger accent réveillé par l’émotion de la mémoire, la lueur du feu dans l’âtre, un disque d’Enya choisi par ses soins et la confuse impression d’écouter une espèce de petite fée celte, égarée dans son salon.
         Il a bu beaucoup de thé, sucé deux barres de fudge au caramel, puis il a décrété qu’il voulait se rendre immédiatement sur les lieux afin de s’en inspirer pour l’écriture de sa prochaine pièce. »
 
         « Loin des projecteurs, malmené par les vents dans la lande écossaise, Ronald Mac Donald est un autre homme.
         Il a du mal à suivre le rythme. Il s’essouffle. Il s’arrête. Il râle. Il cherche à sauver la face. Comme il est gourmand, il a toujours sur lui son paquet de shortbread ou de fudge au caramel. Dans son emballage plat, le shortbread est facile à transporter. C’est un gâteau de poche. Quand Heather lui parle et lui explique des choses, il feint de ne pas écouter et passe la langue sur ses dents. Il ne s’essuie jamais le coin des lèvres. Mais le premier soir, quand ils sont allés au pub, il est revenu sur une multitude de détails. Heather en a immédiatement déduit cette vérité : quand Ronald Mac Donald grignote, quand il mâchouille, quand il ne s’essuie pas le coin des lèvres, il pense. »
 
              Dans la version narrative, j’ai voulu donner au lecteur « quelques petits faits réels. » La leçon vient de Stendhal et tous les auteurs de polars le savent bien. Il faut qu’un personnage existe physiquement, d’où cette référence aux « manies » de Ronald… Demain, je consacre un article au fameux « haggis ».   

 


Would you fancy some cake HPIM0894.JPG?

Partager cet article

Repost 0

commentaires