Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 05:21
On est bien dans un kilt. Un kilt, c’est confortable. Confortable pour danser, confortable pour marcher, confortable car c’est chaud et épais. On peut même bivouaquer dans l’étoffe d’un kilt… Au cours de cet hiver la, je l'ai évidemment porté, les personnes que je côtoyais trouvaient ça tout naturel, on me prenait simplement pour un Écossais en déplacement. Je l’ai porté dans » les trains, quand je rendais des visites aux gens que je connaissais aux quatre coins de l’Ecosse, dans les soirées entre amis, dans les « ceilidh ». Je voulais que mon kilt ne soit pas seulement un vêtement de cérémonie mais qu’il ait, un peu comme mon sac à dos, la patine du pays.
              Dès le printemps, lorsque les touristes ont commencé à arriver dans les Highlands, j’ai saisi des regards intrigués, parfois goguenards. J'ai par exemple, un jour de mai, décidé de gravir le classique « Ben Nevis » qui est le point culminant de l'Écosse. Beaucoup de gens font cette randonnée, du moins dans les premiers hectomètres car ils suivent d’abord une paisible rivière, dans un décor bucolique. Equipé de mon kilt et de mes solides chaussures de montagne, j’ai dépassé des dames à hauts talons et de gais messieurs en baskets, voire en espadrilles. Mais les choses se compliquent par la suite et il faut finir l’ascension dans le brouillard et lesrochers, et on passe par de forts pourcentages. Je trouvais le kilt très commode pour accomplir cette épreuve.
              Autre défi plus audacieux, celui de rentrer en France par le train en portant mon kilt : Le car entre Inverness et Londres, Londres dans le métro, passe encore… Mais Paris Gare du Nord, Paris dans le métro… Je devais rejoindre des amies dans la capitale, (elles aussi, ferventes des Highlands, je reviendrai prochainement sur ces différents compagnons côtoyés au cours de cette aventure en Ecosse…), passer un peu de temps avec elles et puis repartir enfin direction Lyon et la province où ce genre de tenue est encore plus insolite...
              Mais je me sentais parfaitement bien. Et surtout, j’amenais avec moi quelque chose d'essentiel, une sorte de seconde peau qui ne se détricoterait pas… Comme l’indique le beau paradoxe qu’énonce Paul Valéry : ce qu'il y a de plus profond en l'homme, c’est la peau.
F1000032.JPG
Visiting friends in Paris with my kilt

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric 29/03/2006 22:11

C'est promis barbara, j'ai prévu une photo en kilt intégral dés que je finis ma partie bilan de répétition... d'ici deux jours...

Eric 29/03/2006 17:22

L'Ecosse n'est-elle pas terre de légende ?

kilt bill 29/03/2006 16:59

et quid de la légende de l'absence de sous vêtement sous le kilt ?..

barbara 29/03/2006 16:31

moi je veux te voir en kilt, ca changerai du prof de francais et du big brother que je connais

barbara 29/03/2006 16:30

tiens