Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

24 mars 2006 5 24 /03 /mars /2006 05:51
             L’autre défaut signalé chez les jeunes comédiens, c’est aussi celui lié à la monotonie vocale : un texte est vivant et doit permettre au comédien de jouer sur les nombreuses  facettes de son personnage. Toute la supériorité de l'acte de théâtre sur l'acte de lecture est ici vérifiée et atteste de la validité de la formule de Kafka qui dit : « si la lecture n’est pas une expérience physique, ce n'est pas la peine de lire ». Le public au théâtre n'est pas forcément consommateur de livres, mais il peut être captivé par ce qui est dit sur scène, à condition que le comédien l'entraîne avec lui !  Prenons un exemple toujours dans le même extrait et suivons Rebecca quand elle dit :
 
« Rebecca :Alors emmène-moi loin d’ici, Ronald ! Un jour, tu m’as dit qu’on partirait ensemble pour le Brésil ! Alors, ne tardons plus ! Lou appartient à une grande famille. Elle nous a assuré que là-bas, elle connaissait des gens haut placés, et que nous y vivrions comme des princes… Je ne veux plus de cette vie de saltimbanque ! Tu as les moyens de vivre autrement et d’entretenir comme une reine l’ex Lady Macbeth ! Eh bien, tu sais que Lady Macbeth est prête à tout pour nous deux ! Elle est prête à mordre, pourvu qu’on lui donne viande à son ambition. »
              Après la détresse, la frénésie tragique dans laquelle nous l’avons vue, elle redevient un instant la femme amoureuse, implorant son amant. Alors emmène-moi loin d’ici, Ronald ! Un jour, tu m’as dit qu’on partirait ensemble pour le Brésil ! Alors, ne tardons plus ! Lou appartient à une grande famille. Elle nous a assuré que là-bas, elle connaissait des gens haut placés, et que nous y vivrions comme des princes… Une femme amoureuse, c’est indéniable mais une femme amoureuse qui a l’énergie et l’impatience de Lady Macbeth et qui connaît la lâcheté de son compagnon, celui en qui « coule le lait de la tendresse humaine »… Alors, elle le secoue (et Ronald profite de la situation, se met derrière elle, la laisse retrouver la pleine mesure de son tempérament car c’est justement de ce tempérament là dont il a besoin pour se débarrasser de Heather). Je ne veux plus de cette vie de saltimbanque ! Tu as les moyens de vivre autrement et d’entretenir comme une reine l’ex Lady Macbeth ! Quand elle reparle de Lady Macbeth, elle le fait avec la mâchoire, et ce mouvement de rage doit être à nouveau effrayant et ramener la coloration tragique Eh bien, tu sais que Lady Macbeth est prête à tout pour nous deux ! Elle est prête à mordre, pourvu qu’on lui donne viande à son ambition.

              Et ainsi on avance encore à petits pas sur des séquences courtes mais intenses dans la qualité du travail des acteurs…

 

F1000017.JPGDawn at Urquart Castle near Loch Ness : 4 a.m on a june morning (collection personnelle)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le pÚlerin vagabond 24/03/2006 10:14

Bonjour,Ma souris à décidé de partir vagabonder sur over-blog.  J'y fait d'excellentes découvertes.   A bientôt !
Le pèlerin vagabond

Eric 24/03/2006 10:29

Quelle meilleure terre de vagabondage que les Highlands d'Ecosse ? A bientôt