Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 07:47

Avec le temps Léo, tu t’en vas pas et c’est extra !

Et pourtant, avec le temps, tu as raison tout s’en va ! Monsieur William, Mister Georgina, Ludwig, les anarchistes, Kristie et Pépé, « dans les ascenseurs camarades ! »

Avec le temps, tout s’en va… Les robes de cuir, « comme un fuseau », les jolies mômes, les the nana, avec « des p’tits yeux doux »… « Pour tout bagage on a vingt ans », « les bateaux et les filles, ça fait bien des chichis ! »

Avec le temps, tout s’en va… La solitude, la vie d’artiste, la mélancolie… « Albatros à chaine et à guêtres, cigale qui claque du bec, tu meurs de la fonction urbaine… Quand le flic t’engueule et qu’il ne sait pas que tu le dégueules en rentrant chez toi » !

Avec le temps, tout s’en va… L’oppression, l’affiche rouge, les dieux, les maitres, « ces yeux qui te regardent et la nuit et le jour ».

Avec le temps, tout s’en va… « Rue Soufflot, les vitrines font la gueule, sans un mot, j’me débine, j’ferme ma gueule »…Toutes les fortifications du temps, « Ce Boulmiche d’autrefois », le quartier latin, Paname, « tous ses poulets, toutes ses autos », les chevaux de la mer, comme à Ostende, et puis « en Bretagne y’a toujours la crêperie d’à côté et un marin qui t’file une bonne crêpe en ciment tellement il y a foutu des tonnes de sentiments ! » Merde à Vauban !

Avec le temps, tout s’en va… Avec le temps, tout s’en va… mais pas toi Léo !

« Tu sors dans la rue tes mots pour prendre l’air, avec, dans le museau, la fidèle lumière » !

Pas toi, Léo, ni la mémoire et la mer, ton bateau ivre à toi ... « Sprint gagné sur l’écume, tu es le fantôme Jersey, celui qui a la marée dans le cœur et qui vient lancer la brume en baiser »… Et merde à Vauban !

Ferré

Partager cet article

Repost 0

commentaires