Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog sheumas" title="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" >
 <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs" />
</a>

Recherche

Fictions et variétés

undefinedundefinedundefined
Cheminement du travail, de la réflexion sur un artiste à l'écriture d'une fiction ou d'un ouvrage autobiographique, du bilan d'un voyage à l'écriture d'un récit, d'une fiction ou d'une pièce, de l'écriture d'une pièce à sa mise en scène...Deux sites en relation directe avec ce blog : http://www.atelier-expression-artistique.com (théâtre et mise en scène), http://www.ericbertrand.fr (livres chez Aléas et Ellipses). 

 

 

4 novembre 2017 6 04 /11 /novembre /2017 07:55

Cela fait un moment qu’il était annoncé, cette fois, c’est fait, il sort et on peut le réclamer chez les libraires, sur Amazon ou chez l’éditeur.

Plongez dans l’Amérique profonde !

 

Commander Taper la route
Repost 0
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 07:45

Avant "Taper la route" quelques scènes de films, peintres, chansons ou écrivains qui ont leur place dans le roman... Certains personnages qu’on croirait sortis d’un tableau de Hopper passent sur la route et offrent un lift…

 

Entrer dans un tableau de Hopper dans « Taper la route »
Repost 0
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 07:28

La cause noire est abordée au fil du roman et des rencontres. J’invite à redécouvrir notamment ce texte chanté par Billie Holiday… La chanson est composée en 1946 par Abel Meeropol afin de dénoncer les « Neckie Parties » (scènes de pendaisons) qui avaient lieu dans le Sud des Etats Unis et auxquels les blancs assistaient habillés sur leur 31. La chanson « strange fruit » est offerte à Billie Holiday, fille d’esclaves noirs qui en fait l’un des chants de revendication en faveur de la cause noire.

Southern trees bear strange fruit
Les arbres du Sud portent un fruit étrange
Blood on the leaves and blood on the root
Du sang sur leurs feuilles et du sang sur leurs racines
Black bodies swinging in the southern breeze
Des corps noirs qui se balancent dans la brise du Sud
Strange fruit hanging from poplar trees
Un fruit étrange suspendu aux peupliers

Pastoral scene of the gallant South
Scène pastorale du vaillant Sud
The bulging eyes and the twisted mouth
Les yeux révulsés et la bouche déformée
Scent of magnolia sweet and fresh
Le parfum des magnolias doux et printannier
Then the sudden smell of burning flesh
Puis l'odeur soudaine de la chair qui brûle

Here is a fruit for the crows to pluck
Voici un fruit que les corbeaux picorent
For the rain to gather, for the wind to suck
Que la pluie fait pousser, que le vent assèche
For the sun to ripe, to the tree to drop
Que le soleil fait mûrir, que l'arbre fait tomber
Here is a strange and bitter crop !

Voici une bien étrange et amère récolte !

Repost 0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 05:54

Avant "Taper la route" quelques scènes de films, peintres, chansons ou écrivains qui ont leur place dans le roman... Epopée chaplinesque à travers les Etats-Unis, c’est ce que raconte ce film qui remonte aussi aux origines de la musique américaine. « O’Brother », images et chansons des « Culs Trempés » dans les lignes et les kilomètres de « Taper la route ».

Repost 0
29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 06:29

 

Avant "Taper la route" quelques scènes de films, peintres, chansons ou écrivains qui ont leur place dans le roman... La voiture, la « grosse Américaine » y tient une place de choix et notamment la référence au film de John Carpenter, fondé sur une nouvelle de Stephen King : « Christine »…

Repost 0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 06:26

Avant "Taper la route" quelques scènes de films, peintres, chansons ou écrivains qui ont leur place dans le roman... Dans cette conquête de l’Ouest et au gré de mésaventures souvent cocasses, de fréquentes allusions à l’univers du western.

Repost 0
27 octobre 2017 5 27 /10 /octobre /2017 04:48

Avant "Taper la route" quelques scènes de films, peintres, chansons ou écrivains qui ont leur place dans le roman... les Indiens tiennent une bonne place dans le roman et notamment dans la réserve navajo.

Repost 0
26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 06:27

Avant "Taper la route" quelques scènes de films, peintres, chansons ou écrivains qui ont leur place dans le roman... Inévitablement, ce "wild" qui est aussi celui de Jack London.

Repost 0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 06:53

Avant "Taper la route" quelques scènes de films, peintres, chansons ou écrivains qui ont leur place dans le roman... Et d'abord la route et les "truckers" avec "Thelma et Louise", le film de Ridley Scott...

Repost 0
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 07:53

Souvent en terre de Bretagne, le vent soulève l’écume, la porte sur le rivage et fait rêver les dunes, les prairies et les chevelures. La musique soulève l’écume des notes, la musique voltige, c’est celle de Julien qui revient visiter de toute sa voix et de tout son piano le vieux granit de la côte armoricaine.

C’est le Cap Fréhel où basculent tous les amoureux et les contemplatifs. Petit chemin qui s’en va vers la lande, les rêves et les menhirs, et en contrebas respirent les grandes plages qui vont jusqu’aux Sables d’or par le sentier des douaniers. Les pieds sont dans l’eau fraîche, ça sent le goémon et l’eau vive, on entend passer le vol des mouettes et leurs ailes sont des cymbales.

Mains sur la taille, la sveltesse des hanches, bras attachés par un fil d’osier sur la nuque, regards complices, têtes appuyées dans le creux de l’épaule, menottes des enfants qui courent dans le sable et abandonnent leurs cheveux à la crinière de l’écume. Tu les attends accroupis et tu les entends rire et se précipiter. « Les beaux jours, mon dieu qu’ils passent vite… »

Tu les embrasses, ils ont des larmes de sel sur les joues. Un promeneur passe discrètement, il a du sable qui coule entre les doigts, et il le laisse filer. Tu regardes les pointes de Saint-Cast et de Saint-Lunaire. « Voyageur devant une mer de nuages », tu fixes l’horizon. « Partout la musique vient », et l’amour qui monte dans les reflets du piano est enfin une mer sans nuages. Tu marches lentement, tu t’allonges sur la plage, tu étreins un visage, tu plonges dans les yeux, bien loin au fond des yeux…

L’hiver approche du fond du ciel un peu pâle déjà. Rocaille grise et corail inversé du genêt sur la ligne de côte. « La côte gardera sa rage et le froid crachin son rire »... Vision tournoyante des falaises, du roc déchiré et de la mer transparente. Les musiciens sont embarqués sur une pointe de rocher, le drapeau flotte sur l’orchestre emballé, et Julien est le capitaine qui hisse pavillon : « Tu sais que ça chante en moi »

Repost 0